« Marie-Louise, Impératrice des Français, Reine d’Italie et Duchesse de Parme »

                                                       Par Guy Gauthier

 

 

Marie-Louise, seconde épouse de Napoléon, fut décriée pour ne pas avoir suivi son mari à Sainte-Hélène, pour l’avoir trompé avec le général Neipperg et pour avoir abandonné son fils. La réalité est tout autre. Vendue par l’Autriche à Napoléon à l’âge de 19 ans, elle fut en réalité victime du jusqu’au-boutisme de Napoléon, de la haine de Metternich et du machisme de son époque. Elle, qui rêvait d’une vie de famille paisible après la naissance de l’Aiglon, vit ses rêves s’effondrer. Napoléon ruina par ses excès l’avenir de son fils et, déçue par lui, elle trouva en Neipperg un amant puis un époux attentionné qui l’aida à gouverner le duché de Parme de si remarquable façon qu’on la surnomma la « Bonne Duchesse ». Séparée à 24 ans de son fils de 5 ans, elle correspondit avec lui, le visita à Vienne et, informée trop tard de sa maladie, n’eut que le temps de recueillir son dernier souffle. C’est ce destin tragique qu’il s’agit ici de rappeler pour rétablir une vérité falsifiée par des hommes de mauvaise foi.