A la fin du moyen-âge, l’importance de la demande oblige les pêcheurs à aller chercher leurs proies toujours plus loin.

 

La découverte des bancs de Terre Neuve, particulièrement riches en poisson, déclenche une véritable ruée vers la morue. Chaque année, jusqu’au début du XXe siècle, des centaines de voiliers quittaient les ports de la façade atlantique pour des campagnes de plus de six mois particulièrement rudes.

 

Après une évocation de la présence française à Saint-Pierre-et-Miquelon, c’est cette épopée et la vie éprouvante des équipages terre-neuviers que nous allons vous conter.